Le monde des arts à l’Auguste, avec Anik Beaudoin

Un amour né en enfance

Propriétaire du AugusteLe lien unique qu’Anik Beaudoin partage avec la nourriture, il ne date pas d’hier. Toute jeune, elle habitait juste au-dessus de chez sa grand-mère. Peu après avoir appris à marcher, elle y descendait alors que ses parents dormaient encore le matin, pour aller la rejoindre et cuisiner avec elle. Ce fut son premier contact et son premier attachement à la nourriture. Quelques années plus tard, elle allait souvent manger au restaurant avec son père, notamment lorsqu’ils étaient en voyage. Ayant toujours été curieuse, elle y a découvert un autre niveau de la gastronomie qui l’a charmée, et qui la charme encore aujourd’hui.

 

 

 

Une carrière culturelle

Restaurant AugustePartir de chez ses parents pour aller conquérir la grande ville… C’est un rêve qu’Anik Beaudoin a réalisé à seulement 17 ans, pour aller étudier en musique et en théâtre à Montréal. Elle était alors employée dans les cafés et les petits restaurants. Après ses études, elle travailla quelques années dans le domaine culturel, comme violoniste professionnelle, puis comme propriétaire d’une compagnie de théâtre. Même après avoir œuvré dans le domaine pour lequel elle avait étudié, Anik sentait le désir de retourner en restauration. Elle a alors décidé de parfaire ses compétences au restaurant Derrière les Fagots à Laval, où elle a énormément appris, et où elle a connu Danny St Pierre, avec qui elle a par la suite ouvert le restaurant Auguste.

La scène au restaurantRestaurant Auguste

En fondant l’Auguste, le but était d’offrir de délicieux plats, très bien cuisinés avec des techniques poussées, dans une atmosphère détendue. « Un endroit relax où l’on mange bien et où l’on respecte le produit dans l’assiette », dit-elle. Sa vision et celle de Danny comprenaient une cuisine ouverte, concept alors très peu connu. C’était son côté théâtral, elle voulait ouvrir la bête pour que les clients voient ce qui se passe derrière les rideaux. Une autre caractéristique du monde de la scène qu’elle voulait implanter au restaurant était le travail d’équipe. « Un chef d’orchestre dit souvent que le premier violon est important, mais que sans deuxième violon, sans percussion, il n’y aurait pas de symphonie, raconte-t-elle. Au restaurant, la salle à manger et la cuisine sont tout autant complémentaires. » Tous doivent travailler ensemble, en équipe, pour livrer au client une expérience culinaire complète. Pour vivre cette merveilleuse expérience, réservez dès maintenant votre table au restaurant Auguste.